10×10 • Cinéma • 2/10

Suite des célébrations du 100ème article, plongez dans mes films préférés ! Continuer de lire 10×10 • Cinéma • 2/10

Publicités

Top 10 de mes acteurs japonais préférés

Ce classement a été l’horreur intersidérale. Le Top 10 de mes actrices japonaises préférées était aussi casse-tête, mais ici on parle d’acteurs. J’ai beaucoup plus de mal à être objective parce que je ne suis pas insensible à la tête de certains. Pour commencer, j’ai établi une liste où il y avait presque une vingtaine d’acteurs et après ça s’est joué façon Battle Royal (jamais vu le film mais je connais le principe) : des éliminations sanglantes. Bon, je ne pense pas non plus que ça soit aussi terrible que ce qu’a vécu J.K. Rowling quand elle a tué Sirius Black. Parmi mes critères de tri, j’ai éliminé d’office les acteurs trop vieux, morts et ceux dont je n’avais vu qu’un seul film. Oui, je dis trop vieux parce que j’avais envie de citer Takashi Sasano (né en 1948, je vous laisse faire le calcul). Dans la catégorie « n’est plus de ce monde » il y a le dieu Toshiro Mifune, l’acteur fétiche de Akira Kurosawa. Et parmi ceux dont je n’ai vu qu’un seul film, je me dois d’écrire au moins une fois le nom de Masato Sakai – son rôle dans Golden Slumber était génial et je regrette de ne pas le mettre dans mon classement.

Allez, c’est parti pour ce Top 10, je vais tenter de rester le plus objective possible c’est pas gagné. Et puis « admirez » mes œuvres d’art au passage…

Continuer de lire « Top 10 de mes acteurs japonais préférés »

Top 10 de mes actrices japonaises préférées

J’ai remarqué qu’en Occident lorsqu’on parle d’actrices japonaises, on n’en cite soit aucune, soit toujours les mêmes. Quand je dis aucune, pas tout à fait, peut-être qu’on citera celles qui se seront démarquées dans des films japonais présentés dans des festivals côtés. Ou bien on citera celles qui sont apparues dans des grosses productions américaines. Dernier cas de figure, les étrangers comme moi qui aiment la culture pop japonaise citeront leurs idols/actrices/mannequins préférées (rayez la mention inutile).

Ces constatations m’ont amenée à me demander : y-a-t-il de bonnes actrices japonaises ? Quand je dis bonne actrice, je ne parle ni du physique ni de la côte de popularité. Je pourrai répondre à cette question en ce qui concerne les films occidentaux. Certains noms me viennent automatiquement à l’esprit : Tilda Swinton, Kate Winslet, Emma Thompson, Saoirse Ronan, Glenn Close. Mais en ce qui concerne le Japon, il a fallu que j’attende 2015 (cette année donc) pour me pencher sérieusement sur la question. Depuis quelques semaines je fais une boulimie de films japonais et à force, certains acteurs et actrices ont attiré mon attention.

Cet article a pour but de vous présenter non seulement mon classement mais j’espère aussi par la même occasion vous donner envie de voir les films dans lesquels ces actrices ont joué. Et bien sûr de faire un peu de publicité pour elles car je trouve qu’elles méritent plus de reconnaissance – qui sait, certaines ont l’étoffe pour une carrière à l’international (ça variera un peu le panorama des actrices mondialement connues). On passe tout de suite au top 10 !

Continuer de lire « Top 10 de mes actrices japonaises préférées »

See You Tomorrow, Everyone

See You Tomorrow, Everyone est un film de Yoshihiro Nakamura sorti en 2013. Il est adapté d’un roman de Takehiko Kubodera.

Synopsis : Satoru Watarai (Gaku Hamada), à l’âge de 12 ans décide d’arrêter ses études et de vivre à jamais dans son danchi. Il s’agit d’un complexe d’appartements, où l’on y trouve aussi des commerces de proximité. Ce projet urbain a vu le jour au Japon dans les années 50, 60 et 70. Pour faire simple, ça ressemble aux HLM en France. Le loyer y est moins cher qu’ailleurs mais Satoru verra ses camarades de promotion déménager peu à peu au fil des ans. On apprendra aussi pourquoi Sateru n’arrive pas quitter son quartier…

Cette fois-ci, pas de spoilers dans mon article comme dans celui pour The Eternal Zero, donc bonne lecture !

Continuer de lire « See You Tomorrow, Everyone »